faites voyager ce post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

5,4,3,2,Bonne année !

Les festivités s arrosaient depuis le début de la soirée. Les cotillons et autres serpentins couvraient en un seul coup le plafond de la salle. Pas moins de deux cents personnes se réunissaient pour l’occasion.  Tous venaient célébrer cette nouvelle année, des jeunes, des moins jeunes, avec les espoirs que l’on ressent en ce jour nouveau. Derrière ces quatre chiffres, chacun faisait son propre vœux, celui de ne plus être malade, celui de changer de boulot, celui de venir riche, et gagner au loto comme par magie. Car la magie existait ce jour-là. C’était comme-ci on effaçait un bout de sa vie, enfin que l’on essayait de transformer le pire de ces quelques mois passés en des traces à peine perceptible. Le jour de la saint sylvestre venait de démarrer depuis plus de dix minutes.
Et le seul vœux que Mélanie venait de faire était de retrouver son compagnon.
– T’as pas vu Emeric ? ça fait une heure qu’il m’a dit qu’il était parti chercher des cigarettes, je ne sais où. Il ne répond pas à mes textos. Il fait chier.
– Non, mais tu sais avec ce monde, tu vas le revoir apparaitre une coupe de champagne à la main entrain de bizouiller toute la population de ses vœux. Tu connais mon frère. Il n’ y a pas plus sociable que lui.
Mélanie et Emeric se sont connus pendant leurs études d’avocats. Ils vivaient ensemble depuis plus de sept ans maintenant. Ils se connaissaient par cœur. Tous leurs amis, et leurs familles les décrivaient comme fusionnelle.
Mélanie était un petit bout de femme, aux cheveux noirs et courts. Son dynamisme naturel lui valut une réputation « rapide et efficace » dans les différents tribunaux où elle exerçait ses talents d’oratrices. Emeric, lui avait poussé ses études en passant le concours pour devenir juge. Il l’avait obtenu haut la main.  Il aimait par-dessus tout s’occuper des jeunes et leurs permettre de leurs donner une nouvelle chance.
– Oui, tu as raison. Mais je reste inquiète. Je ne le trouve pas comme à son habitude ces derniers temps.

inscrivez-vous à la lettre

pour voyager davantage dans mon univers

Non classé

365 jours Emeric

– ne dis pas de bêtises, il t’aime comme un fou. Tiens en parlant du loup.Mélanie se retourna.– Bonne année les filles.La boule au ventre qui était monté en elle en discutant avec Faustine, diminua dès qu’elle aperçut son amoureux. Mais elle gardait une certaine tension, palpable au niveau des épaules.Il caressa rapidement les joues

Non classé

365 jours, la suite

En effet, Emeric semblait très distant depuis plus d’un mois. A chaque fois que Mélanie tentait d’aborder cette situation, Emeric semblait fuir, prétextant du travail, des affaires prenantes et stressantes. Ils avaient pour habitude de ne pas trop parler de leurs dossiers respectifs.Plusieurs fois, depuis ces dernières semaines, il se refusait de venir avec elle

faites le nous savoir:

Vous êtes intéressée par du coaching ?

Retour haut de page