faites voyager ce post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’être interviewée par des élèves. Je vous relate ici le résultat.

Votre premier roman « ada ou comment devenir une fantastibuleuse » a pour thème la problématique du poids et l’estime de soi. Quel message souhaitez vous passer?

Cela fait 20 ans que je suis diététicienne, adepte des thérapies d’acceptation et d’engagement, et 11 ans que je reçois du public pour ce genre de problème. A travers ce roman, j’ai voulu retracer l’histoire de chacune des personnes que j’ai ou que j’accompagne, et ainsi leur donner le message qu’il existe une autre manière de travailler sur cette problématique autre que de faire souffrir son corps et son esprit.

Qu’attendez-vous de la réaction de vos lectrices, car en effet votre cible est assez féminine?

Oui il est vrai que j’ai ciblé essentiellement les femmes au travers du livre, même si en cabinet je reçois également des hommes souffrant du poids et de l’estime de soi. Aujourd’hui, j’ai tout de même 80% de femme pour ce type de consultation.
je n’ai aucune idée de l’accueil du public. C’est une grande première pour moi. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai eu un bel accueil des bêta-lectrices. L’avenir nous le dira. J’ai conscience que je suis totalement novice de ce genre d’exercice.

Avez-vous envisagé l’écriture d’un autre roman?

L’écriture de ce premier roman m’a vraiment plu. D’ailleurs, il sera accompagné d’un guide qui complète le cheminement de mon héroïne et dont le public pourra se servir comme un outil pour leur propre parcours initiatique. Pour l’heure, la correction est terminé. Il est sous les mains de la graphiste qui a déjà fait les couvertures, Estelle. J’ai voulu un livre fonctionnel dans lequel on peut noter ses propres expériences. Sinon, depuis quelques semaines, je travaille sur l’écriture d’un nouveau roman. J’adore cette phase de réflexions et de recherches.

Avez-vous un rituel?

J’essaie de me laisser une plage horaire chaque jour, plutôt le matin.

Que représente l’écriture pour vous?

une façon fabuleuse et magique de passer des messages.

Nous sommes à l’aube de la sortie de votre premier roman, qu’éprouvez-vous?

Beaucoup de trac, le même que lorsque je dois monter sur scène lors de spectacles de danse. Mais aussi de l’excitation et des doutes, de la peur, un beau mélange car je me demande comment il va être accueilli. En même temps, je suis tellement heureuse d’avoir été jusqu’au bout,
Je sais qu’il va résonner pour certaines personnes, et bien moins pour d’autres.

inscrivez-vous à la lettre

pour voyager davantage dans mon univers

Non classé

365 jours Emeric

– ne dis pas de bêtises, il t’aime comme un fou. Tiens en parlant du loup.Mélanie se retourna.– Bonne année les filles.La boule au ventre qui était monté en elle en discutant avec Faustine, diminua dès qu’elle aperçut son amoureux. Mais elle gardait une certaine tension, palpable au niveau des épaules.Il caressa rapidement les joues

Non classé

365 jours, la suite

En effet, Emeric semblait très distant depuis plus d’un mois. A chaque fois que Mélanie tentait d’aborder cette situation, Emeric semblait fuir, prétextant du travail, des affaires prenantes et stressantes. Ils avaient pour habitude de ne pas trop parler de leurs dossiers respectifs.Plusieurs fois, depuis ces dernières semaines, il se refusait de venir avec elle

faites le nous savoir:

Vous êtes intéressée par du coaching ?

Retour haut de page